Les footprints qui peuvent ruiner votre PBN

pbn footprints

Controversés dans le domaine du référencement naturel, les footprints peuvent directement nuire à votre réseau de blogs privé (ou PBN).

Peu friands de ce type de technique de référencement, les moteurs de recherche n’hésitent pas à sanctionner les administrateurs de PBN. Il faut donc limiter vos footprints au minimum si vous voulez continuer à construire votre réseau de blogs tout en passant sous les radars de Google !

Les footprints en SEO, qu’est-ce que c’est ?

La traduction littérale de « footprint » correspond à une « trace de pas » en français. En SEO, ce terme correspond aux empreintes que laisse votre CMS derrière lui et qui permettent ainsi de l’identifier. Un exemple particulièrement répandu de footprint : le fameux « Powered by WordPress », qui apparaît automatiquement dans le pied de page des blogs créés avec ce CMS.

Footprints : à quoi ça sert ?

Les empreintes laissées par les CMS servent à faciliter les recherches sur le web, bien qu’elles restent peu usitées par les internautes de manière générale.

En revanche, les SEO et administrateurs de sites se servent fréquemment des footprints : ils leurs permettent d’affiner leurs requêtes sur Google pour obtenir des backlinks de qualité sur des sites pertinents, par le biais des commentaires ou en négociant un échange de liens.

Footprints : quels risques pour votre PBN ?

Si les footprints peuvent avoir du bon, notamment si vous souhaitez optimiser votre stratégie de netlinking, ils pourront se révéler nocifs pour votre PBN. En effet, ces réseaux de blogs privés s’apparent à une technique « black hat » pour Google ; et si le moteur de recherche ne sanctionne pas (encore) directement ce genre de pratique, il n’hésitera pas à vous infliger une pénalité s’il détecte le moindre contenu dupliqué (a fortiori si le contenu est dupliqué plusieurs dizaines de fois sur des sites et blogs différents). Même si chacun des blogs de votre PBN se démarque par sa qualité, un circuit fermé de backlinks sera automatiquement détecté par les algorithmes des moteurs de recherche : il vous faut donc brouiller les pistes, en évitant les footprints à tout prix.

Les principaux footprints qui nuisent à votre réseau de blogs privé

Tous les footprints ne sont pas nécessairement nuisibles pour votre PBN. C’est pourquoi nous avons listé les plus dangereux : les 7 footprints de cette liste doivent être systématiquement évités si vous ne voulez pas retrouver les blogs de votre réseau privé parmi les derniers résultats des SERP de Google.

Un auteur-fantôme

Même si vous souhaitez que vos publications sur les différents blogs de votre réseau restent anonymes, n’oubliez pas de remplacer le traditionnel « Admin » par un nom plus « humain ». Les robots des moteurs de recherche se révèleront particulièrement sensibles à ce type de détail, tout comme les internautes d’ailleurs : accorderiez-vous votre confiance à un auteur donc vous ne connaissez pas l’identité ?

Des pages identiques d’un blog à l’autre

Si deux ou trois sites peuvent parfois adopter la même architecture, il est peu probable que 10 ou 20 sites respectent la même structure —à moins qu’il ne s’agisse d’un PBN… Pour éviter les pénalités Google, pensez à faire varier l’organisation de vos blogs. Les pages, les articles doivent s’articuler différemment sur chacun de vos sites : réalisez des mockups au préalable pour vous en assurer !

Veillez également à varier les libellés de vos rubriques : « À propos » pourra devenir « À propos de moi/nous », « Qui sommes-nous ? », « Le concept », « La philosophie »…

Un seul compte auteur pour l’ensemble de votre réseau

Inutile de vous faire un dessin : l’utilisation d’un seul et même compte auteur sur tous les blogs de votre PBN constitue un footprint repérable par n’importe quel internaute —sans parler des bots des moteurs de recherche.

Deux solutions vous permettront d’éviter de vous faire repérer :

  • Avoir recours au guest blogging pour diversifier les comptes auteur de vos sites (et les alimenter en contenus frais par la même occasion) ;
  • Créer plusieurs comptes auteur, auxquels vous pourrez lier des profils (réels ou non) sur différents réseaux sociaux.

Des plugins identiques pour chaque site de votre PBN

Inutile de vous faire un dessin : l’utilisation des mêmes plugins pour une dizaine (voire plusieurs dizaines) de sites vous placera directement dans la ligne de mire de Google !

Il vous faudra donc veiller à diversifier vos plugins, tout comme les comptes auteur et l’architecture des sites de votre PBN. La plupart des CMS, à commencer par WordPress, proposent désormais de vastes gammes de plugins gratuits aux fonctionnalités similaires : pensez à varier vos combinaisons d’extensions.

Un service d’e-mailing unique

Dans la lignée des footprints qui permettront à vos concurrents comme à Google de démasquer votre PBN, une boîte mail unique pour l’ensemble des sites de votre réseau pourra paraître suspecte.

Optez plutôt pour des adresses électroniques personnalisées, en vous servant du nom de domaine de chaque site. Pensez également à faire varier le libellé de ces adresses, qui pourront commencer par le prénom du compte auteur principal de chaque blog, ou prendre les formes suivantes : “contact@mail.com”, “info@mail.net”, “hello@mail.fr”…

Une seule adresse IP pour l’ensemble de vos blogs

Là encore, ce type de pratique enverra un signal fort à Google : si vos blogs renvoient tous vers la même adresse IP, il y a de fortes chances pour que votre réseau privé soit découvert. Des solutions techniques existent pour masquer ce type d’information : n’hésitez pas à y recourir !

Plusieurs sites, un seul serveur : alerte rouge !

Veillez à répartir l’hébergement des sites de votre PBN aux quatre coins du globe pour éviter toute suspicion. Quelle que soit la solution d’hébergement retenue pour votre réseau, pensez à la diversifier sur le plan géographique pour protéger le référencement de vos blogs !